Un pain apporte énormément de pain sur la planche.

Le pain que vous achetez est le gagne-pain de beaucoup de personnes. Le boulanger évidemment, c’est lui qui a cuit le pain. Mais sa farine, sa levure, son sucre, son four, son gaz… sont tour à tour le travail d’autres. La farine vient du moulin et les graines viennent de chez le fermier local. C’est lui qui a semé et récolté les graines, qui a fertilisé la terre. Cela nécessite des semences, des outils agricoles, qui ont, à leur tour, été produits, imaginés, vendus et entretenus. Nous pourrions continuer à l’infini.

Parce que derrière la plupart des objets de notre quotidien, se cachent d’innombrables entreprises et institutions, où travaillent d’innombrables personnes, qui y gagnent leur pain. Avec ce salaire, ils peuvent se procurer des objets et des services qui répondent à leurs besoins et ceux de leur famille. Ils font donc également appel à d’autres entreprises ou instituts et aux personnes qui y travaillent. Même les personnes qui ne travaillent pas, ou plus, bénéficient, grâce aux cotisations sociales, de tout ce travail fourni. La prospérité engendre la prospérité, ce qui crée une magnifique réaction en chaîne.